LE CHEMIN DU RETOUR

Je connais un chemin qui conduit chez moi.
Ce chemin est pénible à suivre.
Le voyageur s'y appauvrit
s’y rabougrit, blême et laid.

Je connais un chemin qui conduit chez moi.
Ce chemin est aride et vierge.
Il est comme la pierre inhumaine
contre laquelle s’incline une joue chaude.

Mais qui a senti la pierre
glacer le sang de sa joue
verra comme est clémente sa rudesse
comme elle est loyale, et ferme, et bonne.

Et il remerciera la pierre
et chérira ce qui est rude
et louera le seul défi
qui fût digne de sa victoire.

 


Traduit en français par Caroline Chevallier

Texte original suédois



Copyright © 1997, 2004:
Translation from Swedish into French: Caroline Chevallier
May and Hans Mehlin, Layout.

Published with the permission of:
Caroline Chevallier, translation.